Test d’infections urinaires grâce à la caméra des smartphones

Des chercheurs de l’Université de Bath ont développé un test simple pour les infections des voies urinaires qui utilise une caméra de smartphone. Le système peut détecter rapidement la présence d’E. Coli dans les urines et pourrait guider les médecins dans leur décision de prescrire des antibiotiques, en assurant des soins appropriés aux patients et en évitant la surutilisation de médicaments antimicrobiens.

Il peut parfois être difficile pour les cliniciens de savoir s’il faut prescrire des antibiotiques. L’utilisation inutile d’antibiotiques entraîne une résistance, ce qui posera des défis importants aux soins de santé dans les années à venir. Cependant, si un patient a une infection, telle qu’une infection des voies urinaires, alors les antibiotiques sont sans aucun doute justifiés, mais il peut parfois être difficile pour un clinicien de savoir avec certitude si les symptômes d’un patient sont causés par une infection.

«Actuellement, les infections bactériennes dans les infections urinaires sont confirmées par des tests microbiologiques d’un échantillon d’urine. C’est exact, mais prend du temps, et prend plusieurs jours », a déclaré Nuno Reis, un chercheur impliqué dans l’étude publiée dans la revue Biosensors and Bioelectronics. «Nous espérons que donner aux professionnels de la santé la possibilité d’exclure rapidement certaines conditions leur permettra de traiter les patients plus rapidement et de les aider à prendre de meilleures décisions concernant la prescription d’antibiotiques.»

Le nouveau dispositif consiste en une bande en plastique contenant des micro capillaires, sur laquelle un clinicien peut passer un échantillon d’urine. Les anticorps présents dans l’appareil se lient aux bactéries, telles que E. coli (présentes dans environ 80% des infections des voies urinaires), les immobilisant. Une enzyme provoque alors un changement de couleur qui peut être vu à l’aide d’un appareil photo de smartphone. Le système peut analyser l’image résultante et fournir une indication de la concentration de bactéries dans l’échantillon.

Le processus prend moins de 25 minutes et pourrait révolutionner le diagnostique de ces infections dans les régions éloignées ou à faibles ressources, où l’accès aux tests de laboratoire est impossible. Le dispositif peut également être utile dans les chirurgies et les hôpitaux des régions développées, car il peut aider un médecin à prendre une décision juste sur le traitement d’une personne et pourrait aider à réduire l’utilisation inutile d’antibiotiques.

«Le smartphone résout l’un des plus gros problèmes de la décentralisation des diagnostics car leurs capacités sont en fait très sophistiquées dans certaines conditions», a déclaré Reis. «Ils offrent les mêmes fonctionnalités que les appareils sophistiqués qui ne sont jusqu’à présent disponibles que dans les laboratoires.»

Laisser un commentaire