Textile réutilisable pour repousser les virus

Des chercheurs de l’Université de Pittsburgh ont développé un revêtement qui peut être utilisé pour créer des textiles qui repoussent les virus, ainsi que les fluides corporels tels que la salive et le sang. Ces textiles enduits sont réutilisables et peuvent être lavés et frottés à plusieurs reprises sans perdre leurs propriétés antivirale. Ces caractéristiques peuvent les rendre très adaptés à une utilisation dans des équipements de protection individuelle réutilisables pendant la pandémie de COVID-19.

Une pénurie des équipements de protection a rendu la réponse à la pandémie de COVID-19 plus difficile pour le personnel de santé. La plupart des dispositifs de protection ne sont pas réutilisables et, une fois potentiellement exposés au virus, ils doivent être jetés. Le développement de dispositifs de protection réutilisables pourrait prolonger la durée de vie des stocks et aider le personnel de santé à mieux se protéger et à protéger ses patients.

Pour résoudre ce problème, ces chercheurs ont développé un revêtement répulsif pour les textiles qui leur permet de repousser les fluides corporels, et même les virus. « Récemment, l’accent a été mis sur les surfaces hydrofuges, et nous voulions atteindre cet objectif avec une durabilité mécanique », a déclaré Anthony Galante, un chercheur impliqué dans l’étude. « Nous voulons repousser les limites de ce qui est possible avec ces types de surfaces, et surtout compte tenu de la pandémie actuelle, nous savions qu’il serait important de tester notre tissu contre les virus. »

La solution des chercheurs implique des nanoparticules de polytétrafluoroéthylène en suspension dans un solvant qui est coulé sur la surface du textile, puis exposé à la chaleur pour que la solution se lie aux fibres textiles. Jusqu’à présent, les chercheurs ont testé les textiles enduits dans leur capacité à repousser les adénovirus et ont l’intention de les tester contre les coronavirus à l’avenir.

«Comme il a déjà été démontré que ce tissu repousse le sang, les protéines et les bactéries, la prochaine étape logique consistait à déterminer s’il repoussait les virus. Nous avons choisi les adénovirus humains de types 4 et 7, car ce sont des causes de maladies respiratoires aiguës et de conjonctivite », a déclaré Eric Romanowski, un autre chercheur impliqué dans l’étude. «On espérait que le tissu repousserait ces virus de la même façon qu’il repousse les protéines, qui sont essentiellement ces virus: des protéines avec de l’acide nucléique à l’intérieur. Il s’est avéré que les adénovirus ont été repoussés de la même manière que les protéines. »

En soumettant les textiles enduits à des cycles répétés de lavage et de récurage aux ultrasons avec des tampons, les chercheurs ont démontré que le textile pouvait être soigneusement lavé tout en conservant ses propriétés répulsives, suggérant son potentiel en tant que dispositif de protection réutilisable.

Laisser un commentaire